Call for papers: Nuisibles (Pests) Paris, 31 Jan.- 1 feb 2017

timber-wolves-907680_960_720Appel à communication – Call for papers
Colloque international  / International Conference
« Nuisibles ? Approches interdisciplinaires »

Deadline for submission : 20 March2016

Dates :  31 janvier au 1 er février 2017 , Paris – La Défense (Ministère de l’Écologie – Tour Séquoia)

Organised  by Association pour l’Histoire de la Protection de la Nature et de l’Environnement

Presentation (French)

« Naguère, on ne manquait jamais de placer en tête des programmes de l’enseignement primaire le paragraphe : animaux utiles, animaux nuisibles. […] Malheureusement, qu’est-ce qu’un animal utile, qu’est-ce qu’un animal nuisible ? Il semble bien que les animaux n’agissent jamais que dans leur propre intérêt ; ils se soucient fort peu de nous rendre service et ne cherchent pas davantage à nous nuire ; ils n’ont pas été créés en vue de tel ou tel but à atteindre. Chaque espèce s’est fait sa place, et s’y tient dans le conflit universel des êtres. La nôtre agit de même. » (PERRIER Edmond, La vie en action, Paris, Flammarion, 1921 (1re éd. 1918), p. 124-125.)

Écrite par Edmond PERRIER, éminent zoologiste du début du XXe siècle, directeur du Muséum national d’histoire naturelle, qui fut parmi les premiers savants à s’engager en faveur de la protection de la nature en France , cette citation dit tout de l’enjeu véhiculé par le terme de « nuisible » : évacuée par une large partie des savants depuis un siècle, cette notion connaît pourtant une très forte persistance sociale malgré des glissements sémantiques et reste un élément central dans le système de gestion du sauvage par nos sociétés. Car « nuisible » n’est pas seulement un qualificatif que l’homme choisit d’appliquer à telle ou telle espèce mais bien un concept opérationnel qui lui donne une certaine légitimité pour la gérer, la détruire. Ainsi, l’arrêté du 3 avril 2012, parmi une longue liste de textes réglementaires sur cette question, fixe « la liste, les périodes et les modalités de destruction des animaux d’espèces susceptibles d’être classées nuisibles » par des arrêtés préfectoraux.

Medieval-Hunt images-Wolves

Pourtant, le débat est loin d’être clos ainsi qu’en témoigne le projet de loi « biodiversité » qui, à l’inverse, propose, avec une nouvelle sémantique, de nommer et de considérer autrement ces espèces. Pour certains même, et c’est déjà ce que suggérait Edmond PERRIER, la question importante n’est plus celle du caractère nuisible de telle ou telle espèce mais celle des perturbations anthropiques d’un « équilibre naturel » souvent idéalisé, et par conséquent de savoir « qui est nuisible ? l’animal ou l’homme ? ». Une acception plurielle et mouvante. Il est évident que la notion de « nuisible » est fortement changeante, spécialement selon les époques et les acteurs. Le meilleur exemple en est sans doute le loup (Canis lupus), tenu pour le nuisible par excellence depuis des temps immémoriaux dans les sociétés occidentales, mais désormais considéré par de nombreux contemporains comme un marqueur de naturalité et un habitant légitime des montagnes, des forêts et des campagnes. Le lapin (Oryctolagus cuniculus) possède également une nuisibilité à géométrie variable. L’insecte en revanche pâtit d’une réputation détestable solidement ancrée dans les représentations occidentales, que peinent à nuancer les travaux scientifiques, les actions de lutte biologique ou la sensibilisation opérée depuis 1969 par l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE). Les plantes ne sont pas en reste : ainsi des « mauvaises herbes » ou des parasites comme le gui (Viscum album). Force est de constater également que les « nuisibles » du chasseur sont sensiblement différents de ceux de l’agriculteur, mais aussi de ceux du touriste, de l’écologiste, du jardinier, de l’éleveur, … et de l’écologue. Enfin la notion « nuisible » dépasse le cadre des animaux et des plantes car elle est largement utilisée pour caractériser certains individus ou groupes humains, notamment dans le cadre de leur interaction avec l’environnement. L’objectif central du colloque sera de caractériser les différentes conceptions de la notion de « nuisible » qui coexistent actuellement et d’en retracer les origines.

L’appel à communication complet dans le PDF : Nuisibles_AAC

Les propositions de communication devront être adressées sous forme d’un fichier PDF avant le 20 mars 2016 exclusivement à l’adresse nuisibles@unicaen.fr. Elles comprendront :

  • Un résumé d’une page, avec un titre, comprenant une problématique explicite, les grands axes de la démonstration envisagée, l’indication précise du corpus documentaire sur lequel la proposition se fonde, les principales références bibliographiques.
  • Une bio-bibliographie succincte (une page maximum) comprenant les principales publications de l’intervenant en rapport avec la proposition, ainsi que ses coordonnées notamment institutionnelles.

Date de réponse du comité scientifique : 30 mai 2016. Langue : français (sauf demande spécifique auprès du comité scientifique).

Informations pratiques

Date et lieu : 31 janvier – 1 er février 2017 ; Tour Séquoia (Ministère de l’Écologie, Paris–La Défense)

Repas, transport et hébergement : Les repas seront pris en charge par les organisateurs. Les frais de transport et d’hébergement seront à la charge de l’institution des intervenants, sauf demande circonstanciée formulée auprès du Comité d’organisation.

Frais de participation : Aucun frais de participation n’est demandé aux intervenants. L’entrée du colloque sera libre et gratuite pour tous les participants, sous réserve d’une inscription préalable pour des raisons de sécurité.

Contact : Rémi LUGLIA, nuisibles@unicaen.fr